Conservation des forêts sacrées

Aujourd’hui, les aires protégées sont les socles de conservation du patrimoine écologique. Elles agissent en tant que refuges pour les espèces et les processus écologiques menacées par l’action anthropiques. Elles fournissent l’espace nécessaire pour l’évolution normale et la restauration écologique future. Au Bénin, les forêts sacrées quoique négligées jouent ce rôle de résilience. Bien qu’elles bénéficient d’une protection culturelle et religieuse, les forêts sacrées subissent de nos jours, de forte dégradation liée à la pression démographique et socio-économique (extension des champs de cultures, habitations, exploitation frauduleuse des arbres de valeur, feux de brousse, influence de nouvelles religions). Les habitats de nombreuses espèces sont dégradés, ou ont disparu dans bien de cas ; ce qui met en péril la survie de l’ensemble de la diversité biologique. Les forêts sacrées ne sont donc plus à l’abri des menaces. Au Bénin comme partout ailleurs, la non conservation des ilôts de forêts sacrées et la dégradation de la biodiversité constitue une menace pour les ressources naturelles et l’érosion cultuelle.

 

L’ONG-GRABE-BENIN travail depuis une vingtaine d’année dans l’optique de protéger les reliques de patrimoines autochtones et communautaires que constituent ces forêts sacrées et instituer une approche de gestion participative et communautaire basée sur les connaissances endogènes des communautés. Dans cette approche de gestion durable des ressources naturelles, de la valorisation et de la pérennisation des connaissances endogènes, chaque maillon de la chaine communautaire est considéré et reconnu comme acteur à part entière du processus de protection des aires et territoires du patrimoine autochtone et communautaire.

Le travail de GRABE-BENIN autour des forêts se base aujourd’hui sur l’arrêté interministériel N°0121/MEHU/MDGLAAT/DC/SGM/DGFRN/SA du 16/11/2012 fixant les conditions de gestion durable de la forêt sacrée en République du Bénin que nous avons disséminé dans les communautés à travers les dialogues communautaires et des visites d’échanges et de partage d’expériences entre communautés. Ce qui a permis aujourd’hui de sauver dans la zone des 3A (Adjarra, Avrankou et Akpro-Missérété), 11 forêts sacrées qui sont désormais dotées des arrêtés de reconnaissance officielle et deliberation du conseil communal. Le processus d’intégration de ces forêts dans le système des aires protégées du Bénin en cours. GRABE fait le suivi de plus de 919 aires et territoires du Patrimoine autochtone et communautaire à travers l’association APAC Bénin mise en place en août 2017.

x

Devenir Bénévole

    Traduire
    X